Spy’Ranger de Thales, mini drone de reconnaissance équipant les forces armées françaises.

Une commande totalisant 210 drones pour la valeur de plus de 100 millions d’euros

©Aviation Design

Suite à une rude concurrence, Thales a remporté le marché des mini drones de reconnaissance de l’armée française. La Direction générale de l’armement (DGA) a confirmé début janvier la commande du système de mini-drones de reconnaissance Spy’Ranger à la société Thales. Un contrat, totalisant 210 drones et valorisé à plus de 100 millions d’euros.

Le Spy’Ranger, mini drone de surveillance et de reconnaissance de nouvelle génération de Thales a été choisi par la Direction générale de l’armement (DGA) pour équiper les forces françaises. Jusqu’à 70 systèmes de mini drones de reconnaissance (SMDR) équiperont les forces à compter de 2018 et bénéficieront d’un soutien pendant 10 ans ; une commande estimée à 104,3 millions d’euros. Le SMDR doit en particulier remplacer le système DRAC (drone de renseignement au contact) en service dans l’armée de terre depuis 2008.

« Développé par Thales en collaboration avec les PME françaises Aviation Design et Merio en moins de 13 mois, Spy’Ranger offrira aux forces françaises de nombreuses innovations visant à offrir un véritable gain capacitaire. Spy’Ranger contribuera ainsi de manière déterminante à la collecte du renseignement de contact et à la protection des forces en opérations. », a annoncé Jean-Pascal Arrou-Vignod, Directeur en charge des activités optroniques de Thales.

Le Spy’Ranger est un mini drone de conception et de fabrication françaises, développé par Thales en collaboration avec deux PME françaises : Aviation Design, qui a rassemblé le drone ou le véhicule aérien et Merio, qui a conçu la boule optronique.

Le Spy’Ranger présente plusieurs missions : éclairer la progression d’un groupement tactique interarmes (GTIA), appuyer une reconnaissance offensive ou une réduction de résistance isolée, participer à un dispositif de couverture ou à la manœuvre des feux en constituant un œil déporté des éléments d’observation.

Chaque système se compose de trois mini drones, Spy’Ranger, d’un segment sol et du soutien technique associé. Les mini drones Spy’Ranger bénéficient d’une technologie de pointe et sont équipés d’une boule optronique haute définition offrant des performances de détection, de reconnaissance et d’identification et permettant d’observer de jour comme de nuit d’une autonomie de 2h30 pour une portée jusqu’à 30 km. Transportable en sac à dos, Spy’Ranger dispose d’une envergure de près de 3,80 m et d’un poids de 14,5 kg, le système est déployé en 12 minutes par une équipe de deux opérateurs (installation de la rampe de lancement, assemblage du drone, initialisation de la station sol et réalisation des tests avant décollage).

Sa liaison de données tactiques protégée au standard le plus élevé propose un haut débit permettant de transmettre en temps réel et de façon fiable et sécurisée les flux d’images et vidéos en haute définition jusqu’à 30 km de la station sol. Entièrement adapté aux missions aéroterrestres de renseignement de contact sur des théâtres d’opérations en environnement hostile (climatique, électromagnétique, physique, etc.), le Spy’Ranger a été conçu pour maîtriser le coût global de possession. Disposant d’un logiciel de contrôle et de commande (C2), il offre une interface utilisateur efficace. Il est également doté d’un système de gestion du soutien mobile et digital basé sur la solution Smartfleet de Thales, qui permet de piloter efficacement l’exécution du maintien en condition opérationnelle (MCO).

Cette commande ne peut que renforcer la position de Thales en tant que leader européen dans le domaine des drones et ouvrira les portes au groupe vers la vente à l’export.

Loading Facebook Comments ...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here